Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


eulalia-colomb.JPG

La place Christophe Colomb sous un ciel bas et lourd, proche de l'Ambassade de France, s'est vite recouverte d'un blanc manteau, sous l'oeil marmoréen de l'illustre navigateur,

Lali-eulalia-colomb.JPG

Après Venise et Istanbul sous la neige, voilà que les flocons s'invient dans la capitale espagnole, dans un mois de février très pluvieux dans la péninsule ibérique, avec des inondations exceptionnelles en Andalousie.

Giraud-Tietie007-madrid.JPG

Après un petit crochet vers la Bibliothèque Nationale, sous un déluge blanc,

livre-book.JPG

Nous remontons le paseo de la Castellana pour aller visiter le "petit" musée Lazaro Galdiano, qui tient ses aises dans un bel hôtel particulier, légué à la ville de Madrid, par le sieur Galdiano,

galdiano.JPG

 financier et grand collectionneur d'oeuvres d'art, qui s'évertua à collectionner de nombreuses oeuvres espagnoles et flamandes, dont un diable bien inquiétant,

diable.JPG

et une superbe méditation de Saint-Jean Baptiste de Jérôme Bosch.

bosch-baptist.jpg



Nous redescendons vers le paseo del Prado, avenue où se succèdent tous les musées de la cité espagnole, un peu comme le Museum Miles, à New-York. Nous prenons le métro à la station Maranon.

maranon-giraud.JPG

et nous descendons à la Plaza de los Cibeles, vaste esplanade  où trône le Palais des Communications. Un petit détour, d'abord, par le Musée Naval, qui regroupe de nombreuses maquettes de navires et des tableaux très variés, dont  un combat entre espagnols et français  à Messine (1675) du peintre marseillais Pierre  Puget,

puget.JPG

un Christophe Colomb qui débarque dans le Nouveau-Monde,

http://www.fuenterrebollo.com/faqs-numismatica/Reyes-Catolicos/homenaje-colon-museonaval.jpg

et la première carte géographique de Juan de la Cosa représentant le Nouveau-Monde, de 1500.
Nous voilà au Musée Thyssen-Bornemisza, dont la collection de tableaux fut rachetée par l'Etat espagnol, en 1993, à la famille Thyssen, célèbre fratrie d'industriels allemands.

Thyssen.JPG

 L'immense collection prend ses aises dans le Palais de Villahermosa et déploie un vaste panorama de la peinture occidentale. Une oeuvre nous a marqué, celles du peintre flamand Dirk Baegert, que nous ne connaissions pas et qui a le génie des visages, dans son Chevaliers et soldats jouant aux dés sur la cape du Christ, 1477.

Baegert-moine.JPG

avec un singulier moine qui nous suivait du regard.

face-moine.JPG

et un beau "gato con bodegon y pescado" de Chardin (1728), les matous étant tellement rares, dans la peinture occidentale !

Bodegon-con-gato-y-pescado-chardin.jpg

Le Thyssen fini, nous nous dirigeons vers le Prado, gardé par deux métalliques saxophonistes,

prado-saxo.JPG

et par la figure tutélaire de Velasquez.

Velasquez-giraud-vasquez.JPG

Le vénérable musée, rénové depuis peu, était le lieu d'une exposition temporaire sur la peinture flamande,

giraud tietie007 Prado

mais nous n'avons pas pu la voir, par manque de temps, préférant parcourir le musée principal. Les photos étant interdites, deux oeuvres majeures symbolisent le célèbre musée espagnol. Les Ménines de Velasquez,

menines-velasquez.jpg

et surtout le fabuleux Jardin des délices de Jérôme Bosch, 1503, clou du spectacle pradoïen, qui sera décliné dans de nombreux objets dans la boutique du Musée !

Bosch-garden-jardin.JPG

Beau musée que ce Prado, même si je ne suis pas un grand fan de la peintre hispanique, que je trouve sombre et trop officielle, se résumant souvent à des thèmes bibliques ressassés ou à des portraits de cour, dans un style peu original.
Le triomphe de la mort de Peter Bruegel l'ancien, 1562, vaut aussi le détour, et témoigne de l'influence de Bosch sur le peintre sans oublier la très belle Déposition de la croix de Roger Van der Weyden (1435), riche en composition chromatique et L'annonciation de Fra Angelico, 1426, légère et douce comme le soleil de Toscane !
Un repos bien mérité après deux heures de visite (On peut visiter le Prado gratuitement, tous les soirs de 18 heures à 20 heures).

eulalia-vasquez-prado.JPG

Une petite faim nous tenaille, ça ne sera pas le nouvel humburger au poulet qui aura notre faveur,

burger-king-pollo.JPG

eulalia-jamon.JPG

Un petit détour par la gare d'Atocha, connu pour son jardin exotique,

atocha-giraud.JPG

une exposition d'art sauvage, sur le Paseo,

arte-salvado-prado.JPG

et nous finissons par le Forum Caixa, fondation ouverte aux arts contemporains, gardée par un éléphant équilibriste,

caixa-elephant-dumbo.JPG

à l'entrée d'acier,

giraud-caixa-madrid.JPG

aux escaliers sans fin,

stairway-heaven-caixa.JPG

présentant une exposition  de Miquel Barcelo, la solitude organisative.

miquel-barcelo.JPG


Quelques chiens nous suivent du regard,

chien-dog-caixa.JPG

et nous quittons Dumbo !

dumbo.JPG

Nous remontons la rue Alcala, avec ses beaux bâtiments,

alcala-madrid.JPG

et prenons la Gran Via,

Gran-Via-giraud.JPG

pour nous diriger vers la Plaza Mayor, dans les ruelles désormais sombres, éclairées par quelques lampions,

light-madrid.JPG

et, enfin, apparaît, nimbé, de lumières, le Mercado San Miguel, haut lieu du tapas madrilène, classe et BCBG, qui tranche radicalement avec le populaire Museo del Jamon ! Voilà ...










Tag(s) : #MADRID

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :