Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ricard-paul.jpg

Mardi dernier, j'ai pu suivre une conférence fort intéressante sur le passé industriel provençal et marseillais, à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme d'Aix en Provence. Perçu avant tout comme un port marchand,

vieux-port.jpg


Marseille a eu, en son sein, de nombreuses et variées activités industrielles, de l'automobile à l'aviation, en passant par les oléagineux, dont un des hérauts, Charles Gounelle, fit construire, sur la Corniche, toisant la Belle Bleue, la Villa Valmer.

http://a21.idata.over-blog.com/300x225/0/54/25/50/Marseille/Valmer.jpg

Pour ma part, je me rappelle surtout de l'usine Kuhlmann, à l'Estaque, sur la route de Corbières, où ont travaillé deux de mes oncles et quelques cousins, qui a fermé ses portes en 1989. Sur les quais délabrés de Corbières, où attendaient les bateaux pour charger leur cargaison chimique, mon oncle Dédé m'amenait pêcher, juste à côté du canal du Rove, fermé pour cause d'insalubrité. Ce glorieux passé industriel fut d'ailleurs évoqué par les peintres cubistes, dont Raoul Dufy, qui peignait les cheminées des usines estaquéennes,

dufy-estaque.jpg

et, dernièrement, par Robert Guédiguian dans son film Marius et Jeannette, dont l'action se passe à l'Estaque, entre le pittoresque port et les friches industrielles.

00796818-photo-affiche-marius-et-jeannette.jpg

 Mais si il y a un destin industriel et commercial qui marqua le 20eme siècle phocéen, c'est bien la saga Paul Ricard. Fils d'un marchand de vin du quartier de Sainte-Marthe, le jeune Paul, va profiter de l'assouplissement des lois sur la consommation d'alcool, en 1932, autorisant la vente et la fabrication d'alcool de plus de 40°, pour fabriquer et vendre son pastis, boisson anisé flirtant avec les 45°. La concurrence est rude, et d'autres distilleries, dont Janot, entreprise aubagnaise, distribue aussi leurs alcools. Mais Paul Ricard a compris l'importance de la propagande et, homme de communication, va associer à son Pastis les couleurs de la Provence, et plus particulièrement de Marseille, pour faire en sorte que le consommateur face l'équivalence entre le Pastis Ricard et le mode de vie provençal et marseillais.

pastis-marseille.jpg

La guerre et le régime de Vichy vont porter un coup presque fatal à l'entreprise du marseillais. En effet, la Révolution Nationale du Maréchal Pétain,

revolution-nationale-pastis.jpg

attribuera aux juifs, aux francs-maçons, aux républicains, aux capitalistes et au ...pastis, la décadence française !!

pastis

Vichy interdit donc le pastis, accusé d'avoir avachi les français et Paul Ricard va se replier en Camargue, dans le domaine de Méjanes, où il se convertira à la riziculture et à l'élevage, et en Ardèche, sur l'embouteillage d'eau plate de la source Pestrin, en attendant des jours meilleurs.
L'après-guerre va ouvrir des horizons nouveaux. Dès 1951, une loi autorise la fabrication et la vente des alcools à 45°, d'où, d'ailleurs, le Pernod 51, de la marque concurrente, en mémoire de cette année faste pour les marchands d'alcool. C'est à cette époque que Ricard va s'initier aux recettes américaines pour gérer son entreprise, notamment l'importance de la communication et du sponsoring. Son coup de génie sera de sponsoriser la Grande Boucle, dès 1948, en organisant, dans les villes étapes, des spectacles avec les plus grands chanteurs de l'époque. La période des Trente Glorieuses, propice au divertissement avec l'émergence de la société des loisirs, va faire s'envoler les ventes de Pastis, boisson provençal idéale pour l'apéritif !
Homme de communication de génie, patron paternaliste qui fera bénéficier ses salariés de nombreux avantages, Paul Ricard, tycoon du pastaga, va subitement quitter l'entreprise familiale à 60 ans, chose assez rare pour ce type d'entrepreneur qui a plutôt tendance à rester en place jusqu'à leur mort, pour se consacrer à sa passion des arts et de l'automobile.

ricard-paul-pastis.jpg

Il fit construire le circuit du Castellet, pour les courses automobiles et de motos, sponsorisa Alain Colas et Eric Tabarly, créa un Institut océanographique sur l'île des Embiez, et se fit le défenseur de la forêt provençale, écrivant une lettre  au président Georges Pompidou, pour stigmatiser le désengagment de l'Etat dans la gestion de ses forêts.
Communicatif et secret, homme de pouvoir qui ne tenait pas au pouvoir, attaché à sa Provence natale et défiant envers le pouvoir parisien, profondément méfiant envers tous les partis, influencé par le régionalisme et le christianisme social, Paul Ricard fut un homme de contrastes, comme l'était sa terre natale, à l'image de ce génie de la communication qui cultiva, solitaire, son jardin, la retraite venue ! Il s'éteindra en 1997, à l'âge de 88 ans !
Quittons-nous sur un autre célèbre provençal, qui chantonne un certain tango corse !





Tag(s) : #Personnalité

Partager cet article

Repost 0