Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Major

La basilique de la Major, avec ses coupoles orientales qui me rappellent celles de la Basilique San Marco, à Venise

Ziem--venise.JPG


 initiée par Eugène de Mazenod, au 19eme siècle, à une époque où le  renouveau spirituel s'inscrivait dans les tissus urbains, comme le Sacré Coeur, à Paris, ou la Notre Dame de Fourvière, à Lyon. Le quartier de la Joliette, ancien poumon industrialo-portuaire de la cité phocéenne, est en pleine mutation. Réhabilitation des entrepôts abandonnés, tour CMA qui dresse ses 180 mètres dans le ciel marseillais.

cma.JPG

Le vieux quartier du Panier, qui jouxte la Joliette, est toujours un savant mélange de culture, avec le musée de la Vieille Charité,

marseille-charite.JPG

et d'identité marseillaise !

boule-petanque.JPG

Belle expo, en ce moment, à la Vieille Charité, sur l'enfant du pays, le peintre-architecte Pierre Puget, avec quelques une de ses oeuvres. Puget était malgré tout plus doué comme architecte que comme peintre. J'ai bien aimé la Vanité de Simon Renard de Saint-André,

death-mort.jpg


soulignant la fragilité de l'existence humaine et la futilité des honneurs terrestres. Les 4 seuls  portraits de Françoise Duparc, évoque ce peuple de sans-grade qui bientôt, aspirera à plus de justice.

duparc.jpg


Félix Ziem, peintre bourguignon qui tomba sous le charme des deux villes, et qui fit un va-et-vient continuel entre la Cité des Doges,

venise-ziem.JPG

et l'agitation  marchande du port phocéen.

marseille-port-ziem.JPG

Trois Raoul Dufy dont Usine à l'Estaque, en 1908,

dufy-estaque.jpg

souligne que c'est à Marseille, et plus particulièrement à l'Estaque, que le cubisme est né.

De la Vieille Charité au Pharo, il n'y a que le Vieux-Port à traverser. Edifié sous Louis-Napoléon Bonaparte, décidemment cette deuxième partie du 19eme siècle fut un âge d'or pour la cité phocéenne, bénéficiant de l'intense commerce avec les colonies, le palais du Pharo, d'une facture classique, ne peut pas être visité,

pharo-marseille.JPG

vaut surtout pour son panorama sur la Belle Bleue, et l'on aperçoit, tout au fond, les collines du Rove.

jaune-yellow-marseille.JPG

L'angelot qui garde la Bonne mère est toujours aussi facétieux,

ange-angel.JPG

et des sentinelles de béton gardent toujours les collines de Marseilleveyre.

domino.JPG

Le panorama reste toujours sublime, du promontoire virginal,

tietie007-giraud-marseille.JPG

et Greg d'Oléron apprécie ce paysage si différent de son île dans l'Atlantique.

greg oleron lintz



Un petit tour dans la belle basilique de Notre-Dame de la Garde, édifice encore du 19eme, avec ses ex-votos maritimes,

boat.JPG


et nous voilà partis vers le Musée d'Art Contemporain ou MAC, à Bonneveine.
L'art contemporain peut aller de l'oeuvre déroutante et singulière, à l'escroquerie pure et simple, comme ce coeur maçonné se résumant à un vieux pull pourri perclu d'espiagous ou à une vieille serpière trônant comme un tableau de maître. D'ailleurs Personne, l'exposition de Christian Boltanski, à ce moment au Grand Palais, à Paris, fait aujourd'hui polémique, et on peut se demander elle relève plus du commerce de la frippe ou de l'art ...
Une belle suprise avec ce King of Zulus, de Jean-Michel Basquiat (1984-85), artiste de l'underground new-yorkais, peintre météoritique qui se perdit dans les paradis artificiels.

Basquiat-giraud-zulu.JPG

Suprenante composition chromatique,

Paschke-yellow-ed.JPG

avec "Au fond" (1991), de l'artiste new-yorkais Ed Paschke, qui irise la blanche salle.

Paschke-giraud.JPG


Un curieux Objet trouvé 1 (2002), de Michèle Sylvander, à l'inspiration dalienne.

dali-sylvander.JPG

baby.jpg

Faire l'autruche serait une attitude répandue. La femelle, 1999-2000, de Lionel Scoccimaro,

autruche-scoccimaro.JPG


qui me fait penser que ce tapis irait peut-être bien dans mon salon, sans la femme, évidemment.

haha.gif


Jacques Monory et son For all that we see or seem a dream within a dream (1967), qui me renvoie à mon anglais hésitant !

tietie007-monory-dream-giraud.JPG

Greg, hébété devant ce Bird Of Paradise 1960), de Martial Raysse.

greg-bird-raysse.JPG

Kermit.jpg

Des Machines à voir (1993), de Jean-Luc Parant, avec quelques rochers envahissant une rouge Berline,

parant-red-car.JPG

et quelques autres machines infernales, de Richard Baquié (1985),

machine.JPG

cet "Amore Mio" qui semble plaire à Greg !

amore-mio-greg.JPG

Quelques compressions ferraillesques de César, qui ne m'ont jamais marquées,

Cesar.JPG

un assemblage de cartons de Richard Rauschenberg, que j'ai connu plus inspiré,

carton-rauschenberg.JPG

cat.gif

et un torse bien poilu, Torso Front (1984), de John Coplans qui me rappelle la pilosité d'un Jean Yanne  derrière une oeuvre de Nikki de Saint-Phalle.

poil-phallus.JPG

Un singulier Canon à Paroles (2001), de Philippe Ramette, sorte de téléscope qui en guise d'étoiles, nous fait mirer des astres familiers,

gregory-lintz-oleron.JPG

Isis

et de curieuses planètes !

giraud tietie007

L' Installation, Madriz (2008) de Grégoire Alexandre,

madriz-alexandre.JPG

qui jouxte une Vanité très hirstienne, du même artiste.

alexandre-hirst-death-mort.JPG


Allez, à la prochaine fois le MAC. Nous passons voir mon pote Eddie, un vénitien du quartier de Castello, via Garibaldi, qui s'est marié avec une marseillaise et qui tient le MAC Café, le troquet du musée!

tietie007-mac-eddie-venise.JPG

Toujours un plaisir de passer par là, pour parler de la Cité des Doges avec un vrai vénitien supporter de l'Inter de Milan ...surtout ne lui parlait pas du Milan AC !
Voilà, de Félix Ziem à Eddie, la boucle est bouclée entre Marseille et Venise !
Allez, un petit Adagietto de Mahler ...





Tag(s) : #MARSEILLE

Partager cet article

Repost 0