Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

site_internet-web.jpg

 

On nous cache tout, les médias nous manipulent, et le nouveau credo de beaucoup de personne, qui ne croient plus vraiment à la vérité distillée par les divers médias. Et pourtant ...nonobstant une analyse sur le fond, difficile à apprécier, puisque je ne peux faire une étude exhaustive sur tous les médias, pour voir de quoi ils parlent, je ne peux que constater que, quantitativement, le nombre de médias a explosé depuis 30 ans, laissant la censure bien impuissante !

Il est très loin le temps où la France ne disposait que de trois chaînes télévisées publiques, avec un journal télévisé qui se faisait dans les services du Ministère de l'Information

Il est bien loin le temps où Roger Gicquel, nous faisait, la mine déconfite, le coup de la France a peur, au 20 heures, jouant exagérément sur les émotions, chauffant à blanc des français déjà bien remontés !

 

 

Aujourd'hui, une telle présentation ne serait plus possible !

Bref, depuis le début des années 80 et la libéralisation des ondes, avec la création, en juillet 1982, de la Haute Autorité de la communication audiovisuelle, le nombre de médias audiovisuels n'a cessé d'augmenter. Aujourd'hui, les chaînes sont si nombreuses qu'on peut difficilement parcourir, d'un coup d'oeil, leur programme journalier.

 

Chaine-TV-Bbox-Jan09.jpg

 

Il y en a pour tous les goûts, entre les chaines sportives, les chaînes d'infos en continue, les chaînes cinéma, etc ...et il serait difficile, pour un pouvoir, quel qu'il soit, de contrôler toutes ces chaînes ...je ne parle même pas des radios !

Concernant le cinéma, la situation s'est aussi grandement amélioré, puisque la censure n'existe quasiment plus en France. Hors-la-loi, le film de Rachid Bouchareb, réalisateur d'Indigènes, si il a fait quelques polémiques, a pu sortir sur les écrans français.

 

HORS-LA-LOI-djamel-debbouze.jpg


Mais rappelons-nous de l'époque gaulliste, où La bataille d'Alger, de Gilles Pontecorvo, réalisé en 1966, ne fut visible que peu de temps, en 1971, dans les salles obscures, avant d'être mis à l'index par le gouvernement.

 

La-Bataille-D--Alger.jpg


Mais la censure ne frappait pas, uniquement, les films "politiques", le Massacre à la Tronçonneuse de Tobe Hooper, qui, aujourd'hui, ferait sourire les ados boutonneux mangeurs de pop corn,


 

massacre_a_la_tronconneuse-divx-front_jpg.jpg


 

fut interdit d'écran dès sa sortie, en France, et il fallut attendre les libertés mitterrandiennes pour voir la ganache de Leatherface ! Aujourd'hui, ces interdictions nous apparaîtraient ridicules et personne ne pourrait les imaginer !

Quant aux médias écrits, si leur nombre a baissé depuis 50 ans, passant de 26 à 10 titres au niveau des quotidiens d'informations générales et politiques, si leur tirage est en berne, 

 

journal-journaux-tirage-figaro.jpg

c'est surtout à cause de toile, qui révolutionne la problématique médiatique et le marché du PAF.

Car Internet, a insufflé un formidable élan de liberté, dans le monde fermé des médias français. Avant, pour avoir accès à l'information, nous étions obligés de passer par un journaliste, médiateur incontournable entre nous et le vaste monde, curé de la pensée qui intercédait entre le croyant et la parole divine. Clergé redouté, les journalistes étaient craints par le microcosme politique. Aujourd'hui, l'apparition du net a profondément modifié cette logique verticale, et, comme en son temps, la Réforme protestante avait remis en cause la hiérarchie catholique, laissant le croyant seul face à Dieu, Internet inverse l'accès à l'information, de la transcendance journalistique à l'immanence citoyenne. De nos jours, par le biais des médias coopératifs, comme Agoravox ou Rue89, n'importe qui peut se faire journaliste et se lancer dans un éditorial de son cru. 

Vous en avez marre des infos "occidentales", vous pouvez allez voir Ria Novosti, l'agence d'information russe, ou Chine-Infos.

Vous voulez une lecture des infos plus, "politisée", alors le Reseau Voltaire ou Bellaciao seront pour vous.

Bref, je ne vais pas citer tous les sites d'infos sur le net, ma journée ne serait pas assez longue ! La particularité d'internet, c'est qu'il permet à n'importe quel citoyen de se faire journaliste et qu'il est difficilement censurable. N'importe qui, aujourd'hui, peut filmer une manifestation avec son téléphone portable, enregistrer une conversation, et mettre les images ou la bande son sur la toile mondiale, dans l'heure qui suit. C'est comme ça que nous avons pu voir la répression des mollahs iraniens, frappant les manifestants perses, après la réélection houleuse d'Ahmadinejad et  soir même d'une charge de CRS, devant mon lycée, j'ai eu la surprise de voir la dite charge sur You Tube !!

 

 

Dernièrement, le site Wikileaks, a publié en ligne des documents "top secret", relatant les pratiques peu reluisantes de l'armée américaine en Irak, ce qui signifie, encore une fois, qu'il sera difficile, à l'avenir, de garder un secret ...
En fait, nous ne sommes pas frappés par une censure des informations, mais par un trop plein, d'infos, que nous avons d'ailleurs du mal à digérer ! L'indigence informative du passé, qui donnait lieu à des manipulations grossières et évidentes, voir le rôle joué, dans les régimes totalitaires, par les médias, et qu'avait bien analysé l'Ecole de Francfort, a laissé la place à la gabegie informative, puisque nous sommes quotidiennement bombardés par des hordes de news diverses et variées, qui vont de la naissance du dernier Panda au zoo de Pékin à la dernière opération de chirurgie esthétique de Mickey Rourke,

www.femenino.info.wp-content.uploads.mickey-rourke.jpg

Encore-les-Bogdanoff.jpg
en passant par les goûts culinaires de Carla

massys

Ce maëllstrom informatif laisse plutôt le citoyen un peu perdu, bien seul sur son esquif dérivant au gré des dépêches AFP, avec une nouvelle info qui en zappe une autre ! Si l'absence du filtre journalistique permet une plus grande liberté et un formatage de l'info moins présent, il permet aussi des dérives délirantes, un peu comme dans les sectes protestantes, qui n'ont pas un gardien des textes pour cadrer le comportement et la foi des croyants. Le net est aussi devenu le répère de tous les mouvements conspirationnistes, qui débitent leurs fadaises à longeur de pixels, propageant leurs thèses débiles à coups de vidéo "you Tube", l'image étant plus persuasive que le texte écrit. C'est le revers de cette démocratie intégrale qu'est le net, donnant la parole à tout le monde qu'il soit bon ou mal pensant, équilibré ou délirant !
Les médias télévisuels sont donc en passe de perdre leur leadership par rapport au net, notamment auprès des jeunes, mais pas seulement. La communication politique étant l'apanage du média TV, en 2005, lors du référendum sur le Traité Constitutionnel Européen, un certain Etienne Chouard, obscur professeur d'informatique au Lycée marseillais Marcel Pagnol,

Etienne-Chouard-1.jpg
a fait vaciller les partisans du "Oui", avec son blog "noniste" qui a fait un carton à l'audimat, pendant toute la campagne et qui a appelé une réponse de DSK !!
Le net a changé profondément le paysage médiatique, détrônant les journalistes professionnels, consacrant le citoyen-journaliste et rend  analyses sur les médias, pré-internet, presque caduques, je pense à celle de Pierre Bourdieu. Nous sommes plus, aujourd'hui, dans un monde informatif presque pur et parfait, que dans un univers censuré, puisque n'importe quel terrien, avec son portable-camescope (bientôt mico-onde ?) peut se faire le journaliste d'un jour, avec une connexion internet. Mais les dangers de l'hyper-transparence nous guettent, nous renvoyant dans le panoptique benthamien, avec un individu nu, soumis à la toute puissance de ce Big Brother de net.

big-brother-poster.jpg

Avec les réseaux sociaux, de type Facebook, où les internautes racontent leur vie, votre patron peut même savoir ce que vous picolait, le week-end et certains salariés ont même été licenciés pour des propos tenus sur Fesse de bouc !
Alors plus ou moins de liberté de la presse, en France aujourd'hui ? Si le dernier classement de Reporters sans frontières laisse apparaître un recul de l'Hexagone, au niveau mondial, à la place 44, ce qui n'est guère reluisant, il n'en reste pas moins que, mécaniquement, la multiplication des médias entraîne, nécessairement, une information plus libre car plus difficilement censurable.
Finissons ce long laïus avec Francis Lalanne ...

francis-lalanne.jpg


Tag(s) : #Actualité

Partager cet article

Repost 0