Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le 27 mars 1973, Marlon Brando refusa de se déplacer pour recevoir l'Oscar pour son interprétation de Don Corleone dans le Parrain, de Francis Ford Coppola. L'enfant terrible du cinéma américain envoya une jeune indienne, Petite Plume, pour recevoir son prix, et pour lire un message à l'aéropage de "saltimbanques" assistant à la manifestation. Elle annoncera  que l'acteur "refuse cet honneur à cause du traitement réservé aux indiens dans les films, à la télévision et à Wounded Knee."
Depuis le début du mois, la ville de Wounded Knee dans le Dakota du Sud est occupée par des Sioux qui réclament une amélioration de leurs conditions de vie dans les réserves.
Brando a toujours mené une carrière atypique à Hollywood. Lancé par Kazan dans Un tramway nommé désir en 1947, le jeune homme, formé à la méthode de Constantin Stanislavski, explose les codes d'interprétation de l'époque en jouant sur un investissement total  et une sensualité assumée ! En 1954, Sur les quais, encore de Kazan, lui vaut son premier Oscar d'interprétation.
Mais l'homme est atypique, voire marginal. Son mode de vie, assez anarchique, le classe à part. Vivant avec un raton laveur,  il éprouve un amour immodéré pour les femmes, et passe plus de temps à courir la "gueuse" qu'à lire les scénarios de ses films...Sa vie tumultueuse lui vaut quelques déboires maritaux qui vont le ruiner, l'obligeant à faire dans le film "alimentaire" comme Désirée ou Sayonara !
 "Les révoltés du Bounty", en 1961, va sceller son destin, l'éloignant des sunlights d'Hollywood et le fixant en Polynésie. Le film fut une catastrophe financière pour la MGM. Le tournage va subir un retard considérable, subissant un cyclone, qui détruisit les décors, et les nombreuses  turpitudes de l'acteur américain qui passait plus de temps dans les bras des vahinés que sur les plateaux ! C'est lors de ce film que Brando eut le coup de foudre pour la douce Tarita, qui devint sa femme, et Tahiti, son nouvel Eden !
Banni un temps par les grands studios, Marlon va, malgré quelques bons films, s'éloigner du cinéma, pour lequel il éprouvait, désormais, un certain  mépris. Il affirma même que son chien avait plus de talent que lui, pour faire l'acteur !
 C'est de sa retraite tahitienne que Coppola eut le coup de génie de l'appeler, pour le rôle du Parrain, après le refus de Frank Sinatra. Malgré son indolence et son je m'en foutisme (L'équipe devait coller des petits bouts de papier un peu de partout, sur les décors, pour permettre à l'américain de se souvenir des dialogues qu'il n'apprenait pas ...) ce film allait relancer la carrière de Brando, impressionnant d'authenticité dans sa composition du parrain sicilien.

Tag(s) : #Personnalité

Partager cet article

Repost 0