Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Le 21 décembre 2006, Saparmourat Niazov surnommé le Turkmenbashi, autrement dit le « père de tous les Turkmènes, rendait son dernier soupir dans la capitale, Ashkhabad. Cet ancien apparatchik soviétique, fut choisi par Gorbatchev, en 1985, pour le poste de secrétaire du Parti communiste turkmène, car il était orphelin, et donc non lié à un clan, dans ce pays tribal. A la chute de l'empire soviétique, Saparmourat, grand démocrate devant l'éternel, se présente à l'élection présidentielle, tout seul (On n'aime pas la polémique dans ce pays.) et obtenir 99,5% des voix. Et oui, on est fidèle au Turkménistnan. Le nouveau président est féru d'architecture et va s'adonner à quelques menus travaux pour transfigurer sa capitale. 4eme réserve mondiale de gaz, et 5eme exportateur, le président dispose de beaucoup de liquidités pour embellir sa cité. Les bâtiments officiels folkloriques sortent de terre, comme le ministère des Finances, qui va ressembler à un lingot d'or, des places gigantesques et vides vont parsemer la cité turkmène, des dizaines d'hôtels "lasvegasiens" vont s'ériger, dans un pays où il y a101 touristes par an ...

Le président n'aime pas le mensonge (c'est pas bien de mentir ...), c'est pour ça qu'il a crée un Ministère de la Vérité qui contrôle, par le biais de caméra vidéo, la cité panoptique.

"Je veux entendre une mouche volée ..." aurait dit, goguenard, le cher président Niazov.

Il faut dire qu'il n'y a pas grand chose à filmer puisqu'un couvre-feu se mettait en place à 23 heures.

Saparmourat était tellement aimé par son peuple, qu'il décida, sous la pression populaire, que les seules effigies autorisées dans le pays seraient son portrait, décliné à l'infini sur les façades de sa capitale, sur le savon, les bouteilles d'alcool, les paquets de pâtes, le papier WC (euh, quand même pas), bref, on reconnaissait là sa générosité à faire plaisir à son peuple. Suprême cadeau, une statue de sa personne en or massif, surmontant un Arc de Triomphe, disposée sur un socle mobile, tourne avec le soleil.

Trouvant la production littéraire ennuyeuse et inutile, Niazov va décider que le seul livre intéressant était ...le sien ! Le livre de l'âme doit être appris par tout le monde, et les étudiants ont souvent des interros surprises (arg, damned !) sur la pensée et la vie du génie de l'Asie Centrale. L'apparition de la première dent de lait ou le nombre d'ongles incarnés du Président n'ont plus de secret pour la future élite du pays ! Le Rukhmana, petit livre rose des Turkmènes, est donc une sorte de grimoire, entre le récit mythique et les bons conseils de la Mère Michel. Relatant les hauts faits des héros turkmènes, il réaffirme certains principes moraux ( Voler c'est pas bien...), donne quelques bons conseils pratiques pour que les femmes tiennent bien leur maison, et insiste surtout sur la nécessité de bien dormir ...le sommeil, c'est sacré pour le Président, c'est pour ça d'ailleurs qu'il a interdit les sorties après 23 heures, dans la capitale.

Les deux journaux autorisés par le régime illustrent toutes leur "Une" par une photo du Président. Evidemment, il faut varier un peu les poses, debout, assis, accroupi, baissé, dans la position du Lotus, une patte levée, en position foetale, bref, pas évident de trouver plus de 700 poses différentes pour varier les effets.

Après maintes réflexions, ce farceur de Saparmourat a décidé que les études étaient inutiles et a fermé quasiment toutes les Universités, divisant par 10 le nombre d'étudiants, ainsi que les centres de soins, en province, les Turkmènes étant un peuple naturellement fort et en bonne santé. D'ailleurs, depuis que Sapar s'est fait opéré pour un problème respiratoire, en 1997, il a interdit la cigarette dans son pays, sous peine de prison. Et oui, il pense à la santé de son peuple ! Pour favoriser la marche et lutter contre l'embonpoint (moins de 1% de la population est obèse au Turkménistan ...il faut dire qu'il n'y a pas grand chose à grailler pour le bon peuple ...) , il a fait construire un escalier de 21 kilomètres dans les montagnes, qui doit être gravi une fois par chaque turkmène ! Sapar fait souvent des farces à ses propres ministres, les amenant au pied de l'escalier, et les attendant au sommet, emmené par son hélicoptère personnel ! Sacré Sapar, il était très joueur !

Saparmourat avait décidé que la culture occidentale était sans intérêt et avait interdit tout ce qui pourrait venir de l'Occident, Opéra, série TV, variétés, films pour favoriser la cultre turkmène. Les 3 chaînes de télévision montrent à l'infini la ganache bouffie du satrape, et le "prime time" consistait à montrer un "Conseil des Ministres" passionnant, où Niazov se livrait a des monologues interminables, qui ferait passer les discours fleuves de Castro pour les répliques d'un autiste !

Bref, le Turkménistan va bien s'ennuyer avec la disparition de Saparmourat, son successeur devrait être connu aujourd'hui.

Cliquez ici pour mirer la capitale, Ashkabad. Ce que l'on remarque tout de suite, ce sont les foules turkmènes et les voitures, qui grouillent dans les avenues.

Cliquez ici pour voir l' Edition Spéciale, jamais diffusé par Tf1 sur le Turkménistan, et qui souligne les intérêts de Bouyges dans ce pays d'Asie Centrale, suivant le bon principe, que les brousoufs n'ont pas d'odeur !

Tag(s) : #Actualité

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :