Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 La bataille d'Eylau, le 8 février 1807, il y a 200 ans, fut la plus terrible bataille des campagnes napoléoniennes. Le tableau de Jean-Antoine Gros (1808), exposé au Louvre, souligne bien la violence des combats !

Après avoir écrasé l'armée prussienne, à Iena, Napoléon irrité de voir les Russes continuer la guerre, décide de poursuivre vers l'Est pour écraser les forces du Tsar, Alexandre Ier. La bataille va avoir lieu dans la petite bourgade d'Eylau. Napoléon et ses 70 000 hommes, dont la Garde Impériale, vont affronter les 80 000 russes du général Benningsen. L'affrontement, indécis, sous la neige et dans un froid polaire, va être un véritable carnage ! L'Empereur, acculé devant la contre-attaque russe, fera donner la Garde dans le cimetière d'Eylau, arrêtant l'ennemi, mais perdant sa meilleure troupe. Murat effectuera la plus grande charge de cavalerie de l'histoire, avec ses 12 000 cavaliers qui vont tailler, sabre au clair, dans les rangs russes !

Une victoire à la Pyrrhus ! Les français perdront 10 000 hommes, les russes 27 000. Mais la Garde Impériale, troupe d'élite, est affaiblie, et l'Empereur, hésitera désormais, a lancé cette unité dans le feu de la bataille. Fait unique dans l'histoire de l'Empire, Napoléon restera une semaine sur place, surveillant l'évacuatin des morts et des blessés et il refusera qu'un "Te Deum" soit chanté pour la victoire.

"Un père qui perd ses enfants ne goûte aucun charme à la victoire".

Tag(s) : #Histoire

Partager cet article

Repost 0