Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rare de tomber sur un écrivain de polars qui ait un style digne de ce nom ! Le genre se résume trop souvent à des histoires rabachées où les poncifs s'alignent fièrement, et où l'indigence stylistique tient lieu de marque de fabrique ! Certes Ellroy, dont "The Black Dahlia" vient d'être porté à l'écran par le très visuel (mais creux ...) Brian de Palma, ou Bunker, ont une vraie écriture, mais force est de constater que c'est plutôt rare, de nos jours ! 

Quelle bonne surprise que cet homme aux lèvres de saphir, roman noir français, où un policier traque un tueur dans le Paris de la fin du 19e siècle, sur fond de frondes ouvrières. Un écriture superbe au service d'une histoire passionnante où on pourra croiser Isidore Ducasse, le fameux Comte de Lautréamont, qui révolutionna le paysage poétique français avec ses fameux Chants de Maldoror, précurseur du surréalisme et de la pataphysique ! 

Choisi au hasard dans une librairie du cours Mirabeau, Goulard, pour ne pas la citer, cet exemplaire était noyé dans la masse des livres alignés, caché par les best-sellers du moment, des Connelly ou autre Patricia Cromwell (dont je conseille, d'ailleurs, son Jack l'Eventreur, affaire classée).  Démarche qu'il m'arrive de faire, laissant à la providence le soin de choisir pour moi ! Et la surprise fut belle. Hervé Le Corre, écrivain bordelais, a du talent et du style, il manie la métaphore filée avec bonheur et ses personnages sont vivants et incertains ! L'enseignant bordelais m'a quelque peu réconcilié avec le polar, genre que j'avais un peu déserté, ces derniers temps, devant l'indigence de la production polardesque !

Concernant les librairies aixoises, il est à noter qu'après la disparition de deux d'entre elles, Makaire et la librairie du Palais, les autres, comme Vent du Sud, la librairie de Provence et Goulard, risquent de souffrir avec la construction d'une FNAC, dans le nouvel ensemble immobilier qui est en train de remplacer l'ancien Casino, en bas du Cours Mirabeau. J'espère que l'apparition de ce supermaché culturel ne se doublera pas d'une disparition des petits libraires qui font le charme de la cité aixoise !

Tag(s) : #Livres

Partager cet article

Repost 0