Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 La bonne bouille de ce quinqua serbe est trompeuse ! Vojislav Seselj est tout, sauf un enfant de coeur ! Né en 1954 à Sarajevo, il commença sa carrière comme apparatchik communiste avant de s'engagner dans le nationalisme radical, partisan de l'épuration ethnique lors de la guerre civile en Yougoslavie. Docteur en science politique, sa thèse portant sur la vie et l'oeuvre de Tito (preuve de son indépendance d'esprit, à l'époque ...), il fut arrêté, en 1984, par la police titiste, pour atteinte à la sûreté de l'Etat. Rapidement libéré, il suit le sillage de Slobodan Milosevic en créant une milice serbe, les Tchechniks, nom d'une milice anticommuniste qui semait la terreur durant la 2nde Guerre Mondiale parmi les non-serbes. En 1991, il est à la tête du deuxième parti de Serbie, le Parti Radical Serbe, ultra-nationaliste et anti-européen, qui rassemble 30 % des électeurs.

Notre joyeux drille de Seselj va se lancer avec un bonheur communicatif dans la guerre civile yougoslave ...Il s'amuse à parader dans les rues de Belgrade avec sa milice, portant haut un drapeau noir à tête de mort ( Rappelant l'insigne des SS) et lançant le slogan :" La liberté ou la mort !" (Slogan qui ressemble étrangement à celui du compagnon de Franco, Milan Astray : "Viva la muerte !", durant la guerre civile espagnole.)

En 1991, Voji, pour les intimes, donnait, à la télévision serbe, une recette de son cru pour égorger les Croates :

" ...avec une cuillère rouillée, pour que ça dure plus longtemps !" (Qu'il est mignon ...)

Evidemment les troupes de ce truculent personnage ont dévasté de nombreux villages croates et bosniaques, notamment Vukovar ! Le Duc des Tchechniks se lança même, en 1993,  à la tribune du Parlement serbe, dans un hommage vibrant à Adolf Hitler, victime expiatoire de l'Occident et plus particulièrement des américains ! 

Voji, qui profita de la guerre pour faire "quelques affaires" (il faut bien remplir la gamelle et nourrir la famille ...) eut quelques problèmes avec le président de Serbie d'alors, Slobodan Milosevic qu'il accusait de vendre la Grande Serbie aux ricains. Rabibochés, ce farceur de Vovo  va devenir vice-président du gouvernement de Serbie, entre 1998 et 2000, refusant de capituler devant les forces de l'OTAN lors du conflit du Kosovo.

En février 2003, il se rend au Tribunal Pénal International pour l'ex-Yougoslavie, qui a retenu contre lui "huit charges de crimes contre l'humanité et six charges de violations des lois et coutumes de la guerre pour sa participation à une entreprise criminelle collective". Les faits qui lui sont reprochés se sont déroulés entre 1991 et 1995, durant la guerre de Croatie en Krajina et Slavonie occidentale, et durant la guerre de Bosnie. Il aurait ainsi participé à la purification ethnique lors de ces conflits.

Jugé à La Haye, Vojislav Seselj s'est présenté, malgré son emprisonnement, lors des élections en Serbie, le 21 janvier 2007, comme leader de son parti ultra-nationaliste, le SRS. Et, avec 28,5 % des voix, le SRS arrive en tête des élections législatives serbes !

Le cas Seselj, certes extrême, est assez emblématique du retour des Nations dans le concert politique européen. En 1995, dans son introduction au Déchirement des Nations, livre collectif, le politologue Jacques Rupnik estimait que les conséquences du réveil des nations à l'Est avait une influence clairement perceptible à l'Ouest et que, face à des "passions nationalistes" dotées de "capacités de mobilisation infiniment plus puissantes" , le projet européen était "à bout de souffle" .

10 ans après, cette prédiction s'est avérée malheureusement juste avec le rejet du Traité sur la Constitution Européenne par la France et les Pays-Bas et les dernières élections, en Serbie, ne font que conforter cette tendance ....la Nation est de retour !

 

Tag(s) : #Personnalité

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :