Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Qu'il est loin le temps du zénith de Courbis et de son pote de patron, j'ai nommé Robert-Louis Dreyfus, RLD, ou Roro pour les intimes !  En mai 1999, l'OM perdait la finale de la Coupe de l'Uefa contre Parme (0-3) et voyait le titre s'échapper au profit de Bordeaux, à 8 minutes de la fin, à Paris !

RLD ,arrivé le 16 décembre 1996 à la présidence du club, pour le franc symbolique, avait suscité tous les plus grands espoirs chez les supporters olympiens sevrés de succès depuis 3 ans. Le milliardaire suisse, le goden-boy helvète, qui avait redressé le géant de la publicité, Saatchi & Saatchi, entre (1989 et 1993), qui fera d'Adidas la cash machine que l'on connaît (1993-2001), allait redorer le blason de l'Ohème, redonnant au club son lustre passé !

Mais très vite, la machine olympienne va se gripper, sombrant dans des pratiques de république bananière ! Entre un Courbis ( Rolland avant, taï de ganache, Rolland aujourd'hui ...tin cousin, t'as trop gonflé !) qui avait confondu intérêt du club et intérêt de famille, multipliant les transferts fantaisistes pour se rénumérer grassement en commissions, et une cellule de recrutement loufoque qui paye des fortunes des bras cassés, les Malusci,Ba, Moses, Berrizzo, Nouma (viré de Besitkas pour s'être masturbé sur le terrain ...), Tuzzio, totalement inconnu, acheté 43 millions de Francs, Torrisi (qui marqua, dès son 1er match, un but contre son camp !),ou des brésiliens fantomatiques, les Adriano, Marcelhino ou Fernandao, surnommé Fernandel, la liste serait trop longue ! Je ne parle pas des joueurs qui achetés, n'ont quasiment jamais joué, comme Delfim, Christanval, Michael Marsiglia, Gimenez, Mendoza surnommé El Condor ! Sans compter les personnages improbables rôdant dans les vestiaires, comme le fameux Dédé Tronche Plate, personnage folklorique à la tête de bagnard, qui menaçait les arbitres et insultait les joueurs adverses, et tous les mafieux marseillais de service qui se nourrissait sur la bête !

L'équipe de 1999 avait terminé 2eme du championnat et fini en finale de la Coupe de l'UEFA ? Pas grave, on changea 90% de l'effectif, virant la charnière centrale Blanc-Domoraud, mettant au placard un joueur comme Eric Roy, rare bon défensif du championnat, et plaçant sur la liste des transferts le reste de l'équipe ...Résultat des courses ? Le gros Rolland qui avait un peu trop tiré sur la corde en plumant son ami RLD, mais qui lui avait fait connaître une belle cagole marseillaise, une blondasse à ce qu'on dit, ne fut pas sauvé par sa soudaine intimité avec Roro qui l'avait même amené à Davos, fut viré le 25 novembre 1999, pour être remplacé par le toulonnais Bernard Casoni, qui réussit l'exploit de jouer le maintien jusqu'au dernier match de Ligue 1 ...Sacré Caso, toujours aussi peu fûté !

La valse des dirigeants avait déjà commencé. Le 29 avril 1999, le président délégué, Jean-Michel Roussier ( un des rares dirigeants compétents de l'ère Dreyfus avec Diouf, trop peut-être, il faisait de l'ombre à la clique rollandesque !), qui s'était mis les supporters à dos, est remplacé par le placide et incompétent Yves Marchand, qui sera lui même mis au rencart pour être remplacé par RLD himself, le 2 novembre 2000.

Et puis, après une saison encore médiocre, l'espoir revint avec l'homme providentiel, j'ai nommé Bernard Tapie, le héros de tous les marseillais, Nanard l'embrouille qui transformait les chèvres en cador ! Nanard, l'ancien de l'OAS, Pierre Dubiton et le brave Etienne Ceccaldi formaient le nouveau trio de direction ! Mauvaise blague ...Dubiton mit même un coup de boule au brave Etienne, et l'OM sombra dans une nouvelle pantalonnade pagnolesque !

Tapie qui n'avait plus les pleins pouvoirs se barra le 10 avril 2002, laissant sa place au journaliste anti-tapiste Christophe Bouchet ! Bouchet le vertueux, Cricri la colère, redresseur de torts et donneur de leçon ! On allait voir ce qu'on allait  voir, le bronx s'était bien fini ! Chiche ! Ca partait sur de bons rails, avec l'engagement d'un jeune entraîneur prometteur, Alain Perrin. Le 24 mai 2003, 3eme de Ligue1, l'OM renouait avec la Champion's League, Perrin avec un effectif de CFA faisait des miracles !  Mais malgré l'arrivée d'un certain Drogba l'affaire va mal se terminer. Perrin, qui avait pris le boulard et avait tendance à se la jouer exhibitionniste devant les cagoles marseillaises, fut viré manu militari et fut remplacé par José Anigo, le poète de service ... dont le slogan préféré était : "Bougez vous le c.." Finale de l'UEFA, mais 8eme en championnat ... Belle saison quand même, mais Ô rage, Ô désespoir, Ô brousouf ennemi, la star marseillaise, Didier Drogba, fut cédé à Chelsea et ses dollars recyclées !

Le recrutement avec cette enveloppe tombée du ciel, ambitieuse au premier abord s'avéra calamiteuse et fut la goutte d'eau de trop. Pedretti, le joueur à la tête d'enfant fut transparent, Lyundila inexistant et Costa, le bourrin de service, se contenta de jouer les ...bourrins !  Ce cher Président Bouchet était moins vertueux qu'on ne le croyait, plaçant bobonne à OM Tv, et augmentant, considérablement, son propre salaire ! Pour sauver l'ohème d'un nouveau naufrage, RLD, l'homme aux Tongs, envoya un de ses conseillers spéciaux, issu des quartiers nord de Marseille, l'ancien boxeur Louis Acariès ...certainement pour envoyer quelques droites aux dirigeants et joueurs récalcitrants ! Le 23 novembre 2004, le bon président Bouchet démissiona comme un voleur, en lisant un chiffon de papier sur une mauvaise table d'arrière-bar, et Pape "Big Lip" Diouf prit le pouvoir le lendemain !

Diouf, ancien journaliste à La Marseillaise fit du bon boulot, empêchant notamment le départ de Ribery, dit Scarface. Mais voilà que ce bon Roro "tong" Dreyfus, par les talbins alléché, en ayant marre d'être constamment pigeonné (200 millions d'euros de sa poche en 10 ans !) à vendre à un dénommé Jack Kranchkar se décida, un syrien d'origine arménienne, au Liban puis au Canada élevé. Ce tycoon est PDG de la société Inyx, spécialisé dans l'univers pharmaceutique, forte de 575 employés, dont le siège est à New York. L'homme d'affaires va filer autour de 100 millions d'euros pour se payer le club phocéen. Son groupe, depuis 2003, n'est pourtant pas très florissant, collectionnant les dettes à hauteur de 120 millions de dollars ...Bref, je sens que l'on risque de regretter ce bon vieux Roro et ...ses tongs !

La Saga phocéenne continue, l'Om est vraiment magique !

Tag(s) : #Sport

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :