Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog



Si tous les chemins mènent à Rome, le notre fut bien long en ce samedi 28 février, et notre GPS Garmin nuvi 250W Europe nous a été bien utile pour arriver, de nuit, sans coup férir, devant l'Hôtel Taormina, près de la gare, qui fut notre gîte pour la semaine. Le dimanche, pluvieux, nous décidâmes de parcourir le centre historique, notamment le quartier baroque, vers la Piazza Navona.




Au centre de cette esplanade, la fontaine des Quatre fleuves, qui fut commandée par le pape Innocent X au Bernin, et achevée en 1651.



En bas de l'immense Piazza, la fontaine de Neptune,



avec un Poséïdon mandant à ses sensuelles créatures.

Jouxtant la divine Piazza, le Palazzo Altemps,



magnifique palais de la Renaissance,

 



qui abrite aujourd'hui des sculptures antiques.Une visite parmi ces portraits marmoréens,



qui s'enlaçent dans un somptueux décor,

 

et vous fixe de leur regard de pierre,



dans des allées où plusieurs siècles vous contemplent.

 

 

 

Le dédale des venelles romaines nous amène à l'Eglise Saint-Louis des Français, édifice religieux  sanctifié par Jules de Médicis, futur Clément VII, et érigé avec l'argent des Valois. L'office venait de se clôre, et, parmi de nombreux français immigrés à Rome, nous avons l'occasion de contempler quelques beaux tableaux,

 

 

et un Christ à la beauté singulière.

 

 

Chemin faisant nous débouchons sur la Piazza de la Rotonda, où s'élève le massif Panthéon, antique édifice qui symbolisait la puissance romaine, à l'époque d'Auguste, au Ier siècle après J-C.

 


 

Surmontée d'une coupole gigantesque, cet édifice, le plus grand de son époque, dispose d'un céleste puit de lumière.

 

 

Ici repose Raphael et Victor-Emmanuel II, dans ce circulaire catafalque, cerclé de piliers et de fresques bibliques,

 

 

de Madonne sans Bambini.

 

 

 

Au centre de la Piazza de la Rotonde, une fontaine déverse son eau, entourée de façades aux charmes surannées,




Un petit en-cas à l'Antica Salumeria,

 

,

 

un petit chocolat à 5 euros le breuvage ...et nous voilà repartis vers la Piazza della Minerva, où une obélisque supportée par un éléphant occupe le milieu de la place.

 


 

Eulalia s'abrite sous le pachyderme du Bernin, pour se protéger de la bruine romaine.

 


 


Un petit détour par ce long fleuve tranquille qu'est le Tibre,

 

 

devant le Castel Sant'Angelo, portant une casquette stanbounliote,

 

 

avec un gabian qui me toise du haut de son blanc ramage !

 





Nous quittons les bords arborés du célèbre fleuve,





et les élégantes statues du Ponte Sant'Angelo,



,


pour le quartier de Trastevere, sur l'autre rive.
 Un dédale de ruelles nous font passer devant l'Antico Caffe del Moro, sponsorisé par Fernet Branca,



et devant Al Forno, échoppe connue pour ses produits typiques, devant laquelle pose Eulalia, à côté de la classique Smart, qui hante les avenues romaines !

 

 

La place Santa Maria de Trastevere, avec sa fontaine et ses maisons aux façades ocrées, décrépites,

 



où s'élève l'Eglise Santa Maria de Trastevere, une des plus anciennes de la cité.
Quelques graffitis singuliers,





et ces façades pittoresquement décrépites qui peuplent les ruelles du vieux quartier.




La pente s'élève, nous rappelant que la topographie romaine s'articule autour des 7 célèbres collines.


 

Tout en haut, une esplanade où siège l'ambassade d'Espagne et superbe vue panoramique sur la ville éternelle.

 

 

Un dernier effort vers la Villa Farnesina, dans un quartier résidentiel, lieu privilégié pour de nombreuses ambassades. Fourbus et encore émerveillés, nous retournons à notre gîte d'un soir, dans le quartier de Termini.

Poussons la chansonnette avec Giovanna Ralli sur la Piazza Santa Maria in Trastevere, dans Carmen di Trastevere, un film de Carmine Gallone, 1962.

Tag(s) : #ROME

Partager cet article

Repost 0