Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog




Pas de petits profits, en effet, pour nos chers banquiers ! Avec la crise financière mondiale, nos gardiens des coffres, ont daigné renoncer à leur bonus, sous la pression du gouvernement, qui en échange, daigne sauver le secteur en leur refilant un pactole de 360 milliards d'euros ... Etrange, quand même ...Quand il s'agit des retraites, de la Sécu, des Services publics, y' a pas de pognon ...Les caisses sont vides, on vous dit ...Les français sont des "j'en foutre", des feignasses qui ne sont bons qu'à faire la grève ! Et quand nos chers banquiers qui s'octroient des salaires longs comme des "jours sans pain", qui ont géré notre cagnotte comme des joueurs de tiercé, viennent quémander quelques brousoufs à nos gouvernants car ils ont mangé le bas de laine, soudain, comme par magie, les talbins se multiplient ! Il nous la joue "Donne-moi le grisbi" et ferme ton clapet ! La différence entre un turfiste et un banquier ? Le turfiste perd souvent, le banquier gagne à tous les coups !
Qui va payer d'après vous ? Ce bon vieux contribuable, racketté en aval, en payant les services bancaires (243 euros en moyenne par an pour un couple ayant un compte joint), en amont, puisque ses impôts vont servir à remplir, à nouveau, les caisses désormais vides... Le crime parfait !
Les banquiers, si impitoyables avec les mauvais payeurs, les clients prodigues qui dépassent leur découvert autorisé, les mauvais gestionnaires qui font tourner la machine à agios, parfois pour des sommes modiques, le sont beaucoup moins avec eux-mêmes, lorsque l'argent des clients est parti en "quenouille", cornegidouille !
Mais ne plaignons pas trop nos chers financiers, qui vont certes perdre, cette année, leur stratosphérique bonus, mais vont tourjours percevoir leur salaire confortable, l'industrie financière connaissant les salaires les plus hauts du monde du travail, avec parfois, des sommes colossales. Le trader le mieux payé du monde, en 2006, un certain John Arnold, a touché la modique somme de 1,5 milliards de $ pour son "labeur" annuel ... et l'année dernière, en 2008, les sociétés de Wall Street ont généreusement "récompensé" leurs salariés avec l'étique somme de 18,4 milliards de $ de primes, ce qui a entraîné une colère Obamesque !! Bref, tout va bien pour les banquiers !

Il faudrait sortir la boîte à gifle, pour nos chers banquiers, comme dans le film de Mario Monicelli, Mes chers amis, sur un quai de gare ...

Tag(s) : #Actualité

Partager cet article

Repost 0