Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog





Alors que les festivités battaient leur plein, à l'Elysée, et que Rachida et Carla se souhaitaient une bonne année pour 2009, un village cantalien, du nom de Carlat, annonçait son jumelage avec la cité italienne de Bruni, clin d'oeil du maire communiste auvergnat à la 1ere Dame de France. Situé au sud d'Aurillac, le village cantalien, perché sur un promontoire rocheux où s'élevait, jadis, un château-fort qui surplombait toute la vallée. La citadelle fut rasée par Henri IV, en 1603, pour avoir servi de lieu de villégiature à la célèbre reine Margot, qui faisait alors les 400 coups ! Au XIXeme siècle, le rocher de Carlat fut racheté par la Société de Haute-Auvergne, cénacle savant dont l'objectif était la mise en valeur de la région, qui le rétrocéda à Albert 1er de Monaco. Ce prince-navigateur, maître d'un autre rocher, près de la Belle-Bleue, était tombée sour le charme du Carladès, région entourant le charmant village. Il faut dire que les princes de la Principauté, depuis 1643, avaient été faits, par Louis XIII, Vicomtes de Carlat , après le Traité de Péronne entre le roi de France et Henri II de Grimaldi, alors prince de Monaco. Albert 1er, racheta donc le rocher, qui fut pendant des siècles une propriété de sa princière famille.
Le hameau de Bruni fait partie de la commune piémontaise de Murazzano, dans la province de Cuneo, nous irons peut-être y faire un tour lors de notre périple romain, en février 2009.
Testez-vous sur votre connaissance de l'Auvergne en répondant à ce QUIZZ et écoutez la voix mélodieuse de Carlat Bruni !



Tag(s) : #Actualité

Partager cet article

Repost 0