Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Avant le départ en bus, un petit tour vers le OldeBulldogge, juste à côté du Lycée Vauvenargues, pour se sustenter, en compagnie du chien de la serveuse.


Notre bus arrivé, moi, Jérôme, Florence et Isabelle, nous faisons monter tout notre petit monde et nous partons, serein vers la Sérénissime, vers 21 heures.

Une longue nuit nous attendait.
























Arrivée au Lido di Jesolo pour faire un détour à notre lieu de villégiature, l'Hôtel Verdi, avant de s'élancer vers la Cité des Doges. Dès notre arrivée, Florence se pose au Gran Caffe Chioggia, sur la Piazza San Marco ! Aïe, aîe, le café à 8,50 euros, caramba !! Mais en cette matinée vénitienne, bien seuls sur l' apostolique place, nous nous dorions, ravis,  sous les premiers rayons de soleil !


















Isabelle, qui fait la tête en regardant le prix des cafés, Florence, et Jérôme. Il Gran Caffe Foggia, mamamia, la grande classe !! (Isabelle, Florence et Jérôme)












Venise
se réveille sous la toise du Campanile
.






































Nous devons visiter le Palais des Doges vers 14 heures, aussi, chacun vaque à ses occupations. Mais la seule déambulation dans les médiévales venelles de  la Sérénissime donne déjà son lot d'émerveillement. Des gondoliers qui hèlent le quidam nous hameçonnent. 80 euros le tour de Gondole, en passant par le Rialto, marché conclu !





 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 





Voici le Rialto !





 



















Moi et Jérôme, au calme impérial.


































La façade de l'Hôtel Splendid Suisse
.































































Et voilà, c'est déjà fini, mais quel sublime périple dans les canaux vénitiens !
L'après-midi c'est le Palais des Doges, encadrés par le Campanile de San Giorgio et le Lion de Saint-Marc.


















 



















Le Palais des Doges, nous faisons un dernier tour vers le quartier de Dorsoduro où nous nous sustentons, sur une piazzetta, fourbus de crapahuter ...





 

 

 


























Cahin caha, je me déplace tel un crabe avec ma béquille, tel un Geoffrey de Peyrac sans Angélique, et je profite des quelques bancs carnavalesques, pour me reposer dans cet ocre décor !






































Isabelle
qui ne s'en laisse pas compter par un arlequin de pacotille !
















































Mais au soleil couchant, la Cité des Doges se pare d'un manteau diaphane qui nous fait osciller entre la réalité et la féérie !




































Près de notre lieu de rendez-vous, sur les quais, entourés par les vendeurs africains ambulants, nous apprécions, recueillis, San Giorgio qui s'endort, au loin.



































Après une soirée à l'hôtel Verdi, une mauvaise purée et un steack haché sorti de nulle part, une petite Grappa nous requinqua, dans le hall de l'hôtel, avec un facétieux garçon d'hôtel, à la coupe moutonnière, qui proposa des massages transalpins à Isabelle et Florence !
Le lendemain, après une nuit réparatrice, levée aux aurores et départ vers Burano avec une Isabelle le cheveu un peu hirsute !





















Ah qu'elle est belle cette lagune !



























Burano, perdue dans la lagune, au petit matin, désertes rues qui déploient leurs couleurs rieuses et chaudes !









De haut en bas : Jérôme, Florence, Isabelle.


















Le café du matin, dans un troquet du coin, un liquide nécessaire, pour Jérôme, qui est dans un état second !

































Isabelle
qui se prend pour une star ... ce qui fait bien rire Florence !































L'île de la dentelle offre des rencontres singulières. Ici une Vierge à l'enfant qui tournesole,






























là, un toutounet vénitien, qui cabotine sur son arrière-train !





































Ciao, Burano, délicieuse cité colorée !
























Direction Murano et ses maîtres-verriers. Nous assistons au travail des verriers de la fameuse cité, puis, visite obligée d'une boutique aux verreries fort chères, ce qui nous rendit un peu nerveux avec nos éléphants dans un magasin de porcelaine !





 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Quelques menues emplettes dans cette boutique muranienne, et nous voilà partis  pour une ballade dans la cité verrière,


 

 























Un arrêt-café, au bord des délicieux canaux muraniens, avec Isa, qui sous le regard goguenard de Jérôme, fière comme une lingère, nous montre sa belle montre multicolore, achetée dans la dernière boutique !





































Nous voici repartis vers la Piazza San Marco, de jaune vêtue,




































Nous furetons dans les ruelles vénitiennes,





































vers le quartier du Ghetto, sous un ciel bas et lourd,
































Isabelle
et Jérôme prenant la pause, en attendant le bateau, qui doit venir nous reprendre à 18 heures et effectuons quelques achâts de liquides bacchiques.













































L'orage pointe, et nous nous prenons une rincée de hallebardes italiennes qui parent l'antique cité de reflets nouveaux !




































La sérénissime, chavane passée, nous reprenons votre vaporetto dans un crépuscule viscontien !























Dernière soirée, un peu mouvementée, avec nos drôles qui font une java peu friouline, et nous voilà repartis pour notre dernier jour. Nous devons aller au Liceo di Benedetti, qui se situe dans le quartier derrière l 'Arsenal, gardé par d'antiques lions.




























et quelques belles caryatides qui me rappellent le lointain Parthénon.





































Nous arrivons certes en retard mais à bon port, étant reçu par notre contact vénitien, Mme Anna Manao, et le proviseur du Lycée. Après les présentations d'usage, nous voilà partis vers le Conseil Régional de Venise, que nous allons visiter comme hôtes privilégiés. La devanture, avec ses motifs byzantins, ne paie pas de mine,


























mais la vue sur le Grand Canal était vraiment superbe !






























Après une petite pause près du Rialto, où Isabelle fait admirer ses lunettes de star.


 































Pour cette dernière après-midi, je fais une petite escapade vers le quartier de San Polo et Dorsoduro. Les Frari, la Scuola Granda di San Rocco, je déambule en profiant de ses dernières heures passées dans la Cité des Doges.










































Me tirant le portrait dans quelques vitrines rencontrées au hasard,


































profitant, une dernière fois, des ocres couleurs au soleil tombant,


































croisant une singulière tête,

































mirant un dernier bateau s'éloignant vers une destination incertaine.


































Je retrouve Isabelle, qui fait le poirier, sur la Piazza San Marco, devant des volatiles ébahis !


































Et voilà, le court séjour est fini, nous remontons dans Il Doge,


































et nous quittons la vision féerique de San Giorgio,
































de l'élégant Campanile,




 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

et de la Piazza San Marco !

 

Tag(s) : #VENISE

Partager cet article

Repost 0