Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le 19 septembre 1957, le premier disque d'or de la chanson française récompensa Dalida pour son Bambino, qui s'était vendu à plus de 300 000 exemplaires. Cette fille du Caire, Miss Egypte en 1954, immigrée en France pour faire carrière, connaît donc, en cette année 1957, une consécration musicale. Son pygmalion et futur mari , Lucien Morisse, directeur des programmes d'Europe 1, lança sa protégée en faisant passer en boucle ce bambino chantée par sa bambina ! Le succès ne va plus alors quitter la chanteuse qui va multiplier les tubes comme un divin ancêtre, les pains. La conjugaison d'une plastique parfaite avec cette voix, aux fragrances orientales, qui curieusement m'a rappelé les chants célestes des muezzins d'Istanbul, va subjuguer la France gaullienne, engoncée dans une morale désuète. Dalida chantait les choses de la vie, de Gigi l'amoroso à Il venait d'avoir 18 ans, imperméable aux grandes secousses du temps et aux modes d'un jour. Point de cri de révolte, ni de défense des opprimés, la révolution et le meilleur des mondes ne seront jamais la pitance de la chanteuse qui était avant tout une meneuse de troupes, une "showgirl", amenant toujours un parfum d'Orient dans ses vocalises.
30 ans de carrière, en ayant survécu au séisme de mai 68, à la mode rock-punk, et ayant embrassé les mélodies du Disco. Mais à la solaire égyptienne, qui vivait à Montmartre, répondait la ténébreuse Yolanda qui s'épuisa dans des histoires d'amour improbables. Dalida la star, Yolanda la femme, qui cohabitaient sans jamais se croiser, l'une sous les sunlights, l'autre dans les drames d'une vie sentimentale brisée. Dans la nuit du 2 au 3 mai 1987, Yolanda s'en est allée, asséchée par des années de solitude, laissant, à jamais, la grande Dalida sur les devants de la scène.
Avant de mirer la parodie de la chanteuse par Elie Kakou, testez-vous sur la vie de la chanteuse, en répondant à ce QUIZZ.


Tag(s) : #Musique

Partager cet article

Repost 0