Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Tribunal de Paris a fixé, définitivement, à 240 millions d'euros, la somme que devra payer le CDR aux liquidateurs du Groupe Tapie. L'ancien homme d'affaires, en procès depuis bien longtemps contre le feu Crédit Lyonnais, concernant la vente de la société Adidas, a donc gagné son pari et va se renflouer de 20 à 40 millions d'euros, selon ses dires.

Homme orchestre, Bernard Tapie fut une belle météorite des années Mitterrand, brillant au firmament jusqu'à que son étoile pâlisse, après quelques nouveaux francs trouvés dans un jardin, près de Valenciennes, en 1993. Autodidacte talentueux, chanteur à ses heures perdues, notre Nanard va, en 1967, devenir propriétaire d'un magasin de Télévision, occupation prémonitoire puisque c'est le petit écran qui fera la gloire de notre titi parisien. La petite histoire dit qu'arrêté, un jour, par les gendarmes, alors qu'il allait trop vite, notre "Tapie au volant" réussit à éviter l'amende forfaitaire tout en vendant, à nos deux péquins, quelques télévisions pour agrémenter les longues après-midi dominicales !

Bonimenteur génial, Nanard va passer à la vitesse supérieure au début des années 80, avec son avocat d'affaires, un certain Jean-Louis Borloo, en rachetant des entreprises en difficulté qu'il va redresser en licenciant pour les revendre au plus offrant, encaissant une jolie plus-value. Manufrance, Terraillon, Wonder, La Vie Claire et surtout Adidas. Le secret de Wonder Man ? Une omniprésence médiatique par le biais du sport (Hinault, OM) saupoudrée de bonnes relations politiques qui lui donnaient accès à quelques lignes de crédit assez conséquentes ...

Mais Tapie a été un peu trop gourmand, à vouloir jouer dans la cour des grands. Le monde des affaires ne lui suffisant plus, Nanard va tâter de la politique, en faisant une OPA sur un parti radical agonisant et en étant élu député en 1988. En 1992, alors qu'il est ministre de la Ville, aux élections régionales, il croisa le fer avec un autre batteleur de sa trempe, Jean-Marie Le Pen, puis, aux élections européennes de 1994, sur sa liste Energie Radicale, Tapie fait 12 % , à 2 petits points de la liste socialiste mené par Michel Rocard.

Mais voilà, tel Icare qui croyait défier les cieux, notre Nanard national, en lévitation, a cru qu'il était au-dessus des lois.

Un jardin, quelques liasses de francs recouvertes à la va-vite dans un trou, un footballeur qui parle et l'affaire VA-OM éclate, lente descente aux enfers pour super-Benard. Adieu Romané-Conti chéri, caviar de la caspienne ou Fine Napoléon, bonjour vin de Pays, oeufs de lumps et Rinquinquin. Les soutiens d'hier le fuient, désormais, comme la peste, l'Ermite errant n'est plus, le Crédit Lyonnais ferme le robinet des découverts extraordinaires, bref, c'est la banqueroute !

Mais Nanard a plus d'un tour dans son sac, et après un vol réussi au-dessus d'un nid de coucou et les aventures d'un certain Commissaire Valence, qui maintiennent les comptes à flots, voici que ce long contentieux avec  le feu Crédit Lyonnais trouve un issue positive pour l'ancien bonimenteur. Il est trop fort, notre Nanard !

Tag(s) : #Actualité

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :