Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Famille-Gortcharkoff-1938.jpg





























Le fleuve paisible ou déchaîné  de la "grande histoire", celle des rois et des princes, des présidents et des conquérants, se nourrit des mille ruisseaux, minces filets insignifiants de destins singuliers qui ne survivent que le temps des mémoires familiales. Des photos jaunies enfermeés dans des boîtes en fer, que l'on exhume lorsque l'on vide un grenier, une cave, un placard. Photographies familiales qui scellent, pour l'éternité, des moments importants, ici une noce, là un baptême, ou tout simplement un repas entre amis.  Debout au dernier rang, ma tante Victorine, toujours en vie, 82 ans, à côté de son père, Pierre Gortchakoff, venu de la lointaine Sibérie, avec deux de ses amis, Paul et Jean, à ses côtés sur la photo. 3 amis russes qui avaient fui les tourments de la Révolution de 1917, pour se réfugier à Marseille, après un bref passage à Salonique. 3 copains qui se sont mariés avec 3 soeurs. Ma grand-mère sur la gauche, Irène Gortchakoff, tenant ma mère sur ses genoux. Mes deux arrières grands-parents,  Linda Munarini et Aderito Grisendi, qui avaient fui la pauvreté de l'Emilie-Romagne pour trouver du travail dans la cité phocéenne, et les deux soeurs de ma grand-mère à leur côté. Et puis les enfants de la fratrie. Paul, Hélène, Henriette, Germaine, Ginette, Alexandre ...
Famille d'étrangers que la France a accueilli en son sein, dans le populaire quartier du Marinier, sur les hauteurs de l'Estaque, entre la belle bleue et les collines du Rove. Famille de déracinés qui ont tout quitté pour un avenir meilleur, qui ont fui la guerre et la misère pour des horizons nouveaux. Aujourd'hui, la mémoire de cette France accueillante me revient lorsque je vois les expulsions d'étrangers qui se généralisent ...et je songe, le temps d'un instant, à ces immigrés italiens, russes, polonais, espagnols, portugais, qui ont fait la France !
Il me revient à l'esprit, la musique du grand Ennio Morricone, Deborah's Theme, lancinante et mélancolique, qui accompagnera Nooddles//De Niro à la recherche de ses souvenirs enfouis dans le vertige du temps.

 

Tag(s) : #Personnel

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :